8 biais inconscients qui polluent votre entreprise

Le 14 juillet dernier, Julie Tardif, CRHA et Noellie Dias, CRHA ont tenu un webinaire en partenariat avec Détail Québec qui a eu un succès retentissant : Discrimination systémique, éliminez- la de vos processus RH. Lors de ce webinaire inédit, elles ont abordé des points critiques concernant chaque aspect de la vie en entreprise.

Un des enjeux soulevés fut les biais inconscients qui s’insèrent insidieusement dans les processus de prise de décisions et qui perpétuent ainsi la discrimination systémique. Une problématique si pertinente et délicate, qu’il nous paraissait essentiel de vous sensibiliser à ce sujet.

Tout d’abord, que signifie « biais inconscient » ? Il s’agit de croyances acquises dont les résultats sont des pensées ou des actions qui désavantagent ou excluent un individu d’un groupe. Nos pensées sont influencées par nos préjugés, nos affinités, des stéréotypes, des biais culturels et des préjugés. Ces biais implicites jouent en faveur d’un certain type d’individus et en défaveur d’autres.

Découvrez les 8 biais inconscients qui influencent la qualité de vos prises de décisions :
  1. L’Effet de halo : l’opinion positive ou négative envers une personne dans un domaine donné et qui influe notre jugement à propos de ses compétences dans tous les autres domaines.

  2. L’Erreur des extrêmes : la tendance à placer les individus soit dans un extrême ou dans l’autre, menant à une évaluation très positive ou très négative.

  3. Le Centrisme : le malaise d’évaluer un employé honnêtement et par conséquent attribuer une note moyenne plutôt qu’un résultat réel.

  4. L’Effet de primauté : le fait de centrer son évaluation sur notre première impression sans examiner le comportement au cours de toute la période d’évaluation.

  5. L’Effet de récence : la tendance à juger sur le tout dernier événement, ou la dernière impression laissée, sans examiner le rendement ou le comportement pour toute la période d’évaluation.

  6. L’Effet miroir : l’attribution des notes plus favorables aux personnes que l’on estime semblables à nous-mêmes qu’aux personnes différentes.

  7. L’Effet de similitude : la tendance à évaluer plus positivement les personnes avec qui on s’entend bien, avec qui on a des affinités et avec qui nos clients et nos employés pourraient bien s’entendre.

  8. L’Effet de contraste (ou de débordement) : le fait qu’on évalue une personne en la comparant à une autre.

Ces biais inconscients semblent souvent bien intangibles et furtifs. Par conséquent, pour passer d’une approche de performance à une démarche de transformation, vous devrez outiller concrètement vos gestionnaires pour les former sur la prise de décisions efficaces et les meilleures pratiques de gestion ;

Contactez-nous pour visionner le webinaire Discrimination systémique, éliminez- la de vos processus RH et démanteler durablement ces dynamiques au sein de votre entreprise.

Auteure

Julie Tardif

Directrice commerciale, Cofondatrice & Associée

Conférencière & Formatrice agréée

Consultante en ressources humaines

Auteure

Articles récents