Gestionnaire & neurobiologie : une affaire d’état

Gestionnaire & neurobiologie : une affaire d’état.

 

Chers gestionnaires, cette année, plutôt que de prendre des résolutions qui n’iront pas plus loin que le 30 janvier et si vous vous intéressiez à la neurobiologie afin de réellement impacter votre quotidien ? Diminuer votre niveau de stress et faciliter vos échanges avec les autres. Vous êtes intéressés ? Suivez-moi !

Notre cerveau, ce froussard

Notre cerveau a une fâcheuse tendance à voir le danger et de potentielles situations d’insécurité partout. Dans ce cas, que se passe-t-il ? Il nous met en alerte. Alors on grogne, on se plaint, on accuse le reste du monde et certaines situations finissent en pugila. Tout ça pourquoi ? Car notre cerveau a souhaité nous protéger. Merci, c’est très gentil, mais est-on réellement obligé de passer notre temps prêt à montrer les dents à tout ce qui revêt une apparence dangereuse ? En soit on le peut, cependant bonjour stress et méfiance.

Ce qu’il se passe

Notre cerveau, qui a été désigné pour assurer notre survie se fait aider dans cette mission par notre système nerveux autonome. Ensemble, ils jouent sur notre niveau de confiance et notre sentiment de sécurité. Imaginez si rien ne nous faisait peur. Nous aurions vraisemblablement déjà traversé une route sans regarder si des voitures arrivaient, bu une soupe sans attendre qu’elle refroidisse et nous aurions secoué un python pour voir s’il dormait vraiment. Pour hiérarchiser nos réactions, notre système nerveux autonome a créé 3 états qui répondent à des degrés de danger. Sans nous en rendre compte, nous passons de l’un à l’autre plus de 1000 fois par jour!

Nos différents états

Un de ces états s’appelle le dorsal. Dans cet état, nous avons tendance à nous couper du monde. On devient défaitiste, fataliste et pessimiste. Seconde option : l’état appelé le sympathique (il tient son nom du nerf qui véhicule les informations du corps au cerveau. Il n’est pas agréable pour autant!) Dans cet état, nous avons énormément d’énergie. Cependant, il n’en ressort rien de constructif. La peur, même si elle est moindre qu’en dorsal est tout de même présente. Elle engendre une désagréable tendance agressive et nous fait fréquemment rejeter la faute sur les autres. Troisième et dernier état : le ventral. Le graal de la sérénité. C’est dans cet état que l’on se sent en confiance. Prêt à conquérir le monde. On a toujours beaucoup d’énergie mais cette fois elle est constructive. On sait ce qu’on souhaite, comment on va l’obtenir, et les choses fonctionnent.

Choisir plutôt que subir

Vous vous demandez quel est le rapport avec votre quotidien de gestionnaire ? C’est simple : votre cerveau et votre système nerveux autonome génèrent ces différents états de manière automatique. Et même s’ils font un remarquable travail de protection, ce n’est pas forcément l’état le plus adéquat qui se présente spontanément. On aurait en effet tout à gagner à être en ventral lors d’événements de réseautage, en dorsal lorsque l’on prépare une réunion qui demande de la concentration et en sympathique quand on doit se donner un petit coup de pied au derrière. Car oui, s’ils sont choisis, ces états n’ont pas les mêmes impacts que s’ils sont subis. Le dorsal nous permettra d’être en introspection et le sympathique utilisera notre énergie comme une source stimulante d’encouragement.

Apprendre à choisir

Si vous avez un objectif à vous donner pour cette année, je vous invite à décider de choisir vos états au lieu de les subir. Ainsi, ils seront en adéquation avec ce que vous faites. Vous verrez votre niveau de stress baisser significativement et votre niveau d’énergie grimper! Vos communications seront plus efficaces et harmonieuses. Votre gestion du temps plus fluide et votre leadership plus affirmé.

Mise en pratique

Évidemment, ce changement de paradigme ne s’opère pas en un claquement de doigts. Il nécessite du temps, de la patience et un accompagnement global. C’est en effet en apprenant à comprendre et interpréter vos besoins, vos croyances, vos valeurs que vous parviendrez à déjouer le pilotage automatique qui vous joue régulièrement des tours. La bonne nouvelle, c’est que la neurobiologie et la gestion du changement font partis de mes spécialités! Si vous souhaitez que 2023 soit sous le signe de choisir et non de subir les événements, je vous invite à prendre avec moi afin que nous organisions un premier rendez-vous.

Au plaisir de vous rencontrer.

Auteure

Ophelie Therrien

Coach professionnelle certifiée & Formatrice


Articles récents