Les mesures proposées par le ministre Jean Boulet face aux défis et enjeux de pénurie de main-d’œuvre

Pénurie de main-d’oeuvre

Le 18 octobre dernier, j’ai assisté à l’allocution du ministre du Travail, de l’Emploi et de la Solidarité sociale, Monsieur Jean Boulet. Il s’agissait d’une conférence organisée par la Chambre de commerce industriel de Beauharnois Salaberry Haut St Laurent. Elle portait sur les défis et enjeux de main-d’œuvre dans le contexte postpandémie. Pendant plus de 45 minutes, M. le ministre a entretenu les membres de la communauté d’affaires de la région de la situation actuelle. Il nous a également partagé ses mesures privilégiées pour sortir de cette crise. En voici le compte rendu.

La productivité

Pour M. Boulet, une des solutions pour résoudre la crise de la pénurie de main-d’œuvre passe par l’automatisation et la numérisation des processus d’affaires. D’abord parce que les nouvelles technologies attirent les jeunes et ensuite parce que l’entreprise gagne en productivité. J’ai fait la visite d’une grande cidrerie des Laurentides il y a quelques semaines et c’est l’exemple parfait. Ils ont mis en pratique cette solution. Ainsi, l’automatisation de l’embouteillage se fait à 2 opérateurs au lieu de 5 et ils ont triplé leur production.

 La formation et la requalification

Notre ministre rêve que le Québec devienne une société apprenante. Il était donc normal que la formation et la requalification fassent partie des mesures apportées. Le gouvernement a d’ailleurs annoncé en début 2021 l’injection de milliers de dollars pour des programmes de requalification[1]. Le ministre disait que plus de 200 000 personnes sans emploi et sans formation sont disponibles en ce moment même et que l’objectif des programmes de requalification était justement de favoriser leur réintégration sur le marché du travail.

Intégration

M. Boulet a fait un appel à tous afin de mettre les préjugés à l’écart. Il demande qu’on inclue davantage de travailleurs judiciarisés, handicapés, immigrants et issus des Premières Nations. Ce sont des travailleurs qui sont libres et prêts à travailler sans délai. Il suffit de mettre en place les mesures nécessaires afin de les intégrer dans votre entreprise. D’ailleurs, Québec vient d’annoncer la hausse des seuils prévue en immigration[2] ainsi que des mesures pour supporter financièrement les entreprises pour les coûts engendrés dans la demande d’immigration[3]. Les entreprises et organisations pourront aussi compter sur les Centres d’employabilité ainsi que les Carrefour Jeunesse-emploi. Ces derniers sont présents pour aider à trouver du personnel formé et qualifié.

Ma conclusion

Face à la pénurie de main-d’œuvre, les entreprises devront revoir leur processus de recrutement et d’intégration, mais surtout leurs stratégies en tenant compte des recommandations du ministre Boulet. Ils se donneront ainsi les moyens d’assurer la pérennité de leur entreprise et atteindre leurs objectifs. Les entreprises ont accès à une subvention de Service-Québec[4] pour s’adjoindre de l’expertise d’un Consultant en ressources humaines ou développement organisationnel pour les supporter dans cette démarche.

En terminant, je souhaite remercier le ministre Boulet et le Gouvernement du Québec pour la mise en place de toutes les mesures pour supporter l’économie d’ici !

SOURCES:

[1] Québec investit dans la requalification des travailleurs | LesAffaires.com

[2] Immigration | Québec procède à un rattrapage pour 2022 | La Presse

[3] Soutenir le recrutement de travailleurs étrangers temporaires > Plan d’action pour la main-d’œuvre (gouv.qc.ca)

[4] Soutien en gestion des ressources humaines > Emploi-Québec (gouv.qc.ca)

Auteure

Articles récents