Connaissez-vous l’effet «Lendemain de veille» ? La raison d’un faible taux de rétention

Culture au travail & rétention Rétention des employés | Expérience-employé  

La première impression compte… Mais ce n’est pas suffisant.

En ce moment, plus que jamais, les employeurs sortent des sentiers battus pour attirer la main-d’œuvre. De l’affichage de poste, aux étapes de sélection, jusqu’à la signature du contrat de travail. Tout est mis en œuvre pour impressionner le candidat et le convaincre qu’il a pris la meilleure décision de poursuivre avec nous.

Mais…
Considérez-vous mettre tout l’effort nécessaire pour poursuivre la séduction au-delà de la période d’intégration de vos nouveaux employés?

Les trois premiers mois – L’effet «Lune de miel»

Du point de vue de l’employeur

Accueillir un nouvel employé est souvent synonyme de soulagement, de désengorgement, d’air frais. Mais aussi du temps à investir, des coûts supplémentaires, une nouvelle personne à découvrir et à intégrer.

Du point de vue de l’employé

Les joies d’un nouvel emploi sont souvent synonymes de meilleures conditions salariales, nouveaux collègues à découvrir, de nouveaux défis à relever. Mais aussi qu’il faut trouver sa place au sein de sa nouvelle équipe, développer de nouvelles compétences rapidement, démontrer à l’employeur qu’il a fait le bon choix… bref, épater.

Pour les deux parties, il s’agit d’une période excitante, mais de grande adaptation. Les qualités de chacun sont mises de l’avant et influencent notre perception de la réalité. C’est ce qu’on appelle l’effet lune de miel.

Les trois mois suivants – L’effet «Lendemain de veille»

Du point de vue de l’employeur

La période de socialisation est passée, la probation réussie, les attentes de performance commencent à s’élever. Autonomie, proactivité, imputabilité sont les compétences que l’employeur souhaite rapidement observer.

Du point de vue de l’employé

La première impression étant passée, la réalité frappe et parfois déçoit. On observe un écart entre ce qui a été présenté et ce que l’employé vit. Par exemple : l’entreprise offre un budget de formation continue, mais la surcharge de travail l’empêche de s’en prévaloir. Une assurance médicale complète est offerte, mais la part à payer par l’employé a un coût faramineux. Un esprit familial et une équipe dynamique sont promis, mais un climat tendu où l’esprit de compétition malsain règne. L’adéquation de ces constats décevants est ce qu’on appelle l’effet de lendemain de veille.

**Attention** Lorsque les actions ne suivent pas les paroles, les employés sont susceptibles d’être démotivés, et cela peut se matérialiser par un départ prématuré. N’oublions pas que le roulement de personnel est l’un des coûts les plus importants en gestion des ressources humaines. En général, les experts RH s’entendent pour dire que le départ d’un employé coûte entre 1,5 à 3 fois son salaire annuel.

Nos recommandations

Transparence

Présentez qui vous êtes vraiment, ce que vous avez véritablement à offrir et n’ayez pas peur de parler de votre réalité d’employeur. Et si vous jugez que ce n’est pas suffisant, repensez à vos pratiques et avantages, et faites vous aider !

Écoute et validation

Écoutez vos employés, montrez-vous disponibles en planifiant des rencontres de suivi après 6 mois, 9 mois, 1 an. L’accompagnement doit se faire tout au long de la courbe d’apprentissage de l’employé. Permettez-lui de vivre des échecs et donnez-lui les outils pour les surmonter et surtout validez vos attentes respectives.

Finalement, tout est une question de perception. La communication reste la clé. Ayez le courage de vous en parler avant d’aller voir ailleurs. ;)

SOURCES:

Jazvac, Lori (2019). Helping Clients Circumvent “Honeymoon Hangover: https://careerprocanada.ca/helping-clients-circumvent-honeymoon-hangover/

Auteure

Articles récents